DIRTI for iPad

R&D, 2013

Kids in Paris making music on an iPad by simple moving their hands through sand.

Apple's "1.24.14" video #30yearsofmac #mac30

Salut User Studio, alors comme ça vous créez des "controllers" maintenant ?!

Nous avons toujours conçu des "controllers" !

Mais c’est vrai qu'en général, il s'agit de "controllers" purement graphiques (Graphical User Interfaces ou interfaces graphiques pour écran) dans lesquelles vous pouvez naviguer en cliquant avec votre souris ou en tapant avec votre doigt sur un smartphone. Cette fois-ci, on voulait concevoir des choses vraiment tangibles. D'ordinaire, nos ingrédients de base sont les pixels et les lignes de code. Là, on a conçu une interface à partir de bois, de métal et d’électronique. Alors les contraintes sont un peu différentes, mais en fin de compte, c’est le même métier : le design d'interaction.

Très bien, on vous croît ;) Mais pourquoi cette interface ?

Il existe aujourd'hui pléthore d'interfaces qui nous permettent, à nous autres les humains, d'interagir avec nos machines : on pense bien évidemment au clavier, à la souris, au joystick, la manette de jeu, l’écran tactile... sans oublier la Wiimote ou le volant de votre voiture.

Un plat de 570cm3 contenant environ 8 600 graines de tapioca

La question à laquelle nos recherches préalables nous avaient amenés était : comment contrôler une grande quantité de particules à l'écran de la manière la plus naturelle, la plus intuitive possible ? Nous nous sommes rendus compte qu'il n'existe pas de meilleur moyen que de manipuler des particules "réelles", bien concrètes, comme du sable. En créant les Dirty Tangible Interfaces (DIRTI, ou interfaces sales), nous nous sommes attachés à concevoir quelque chose d'un peu moins précis mais de beaucoup plus subtil et évolutif. Nous affranchir des interactions froides et lisses que nous imposent les "controllers" traditionnels pour retrouver la dimension charnelle de notre monde de sens… 

Du coup DIRTI c'est quoi ?

C’est la première (et sûrement la seule) interface à base de tapioca au Monde !

C’est la première interface à base de tapioca jamais conçue au monde ! Sans rire : elle vous permet de contrôler votre iPad avec du tapioca, ou  n'importe quelle autre substance semi-transparente et modelable, comme de la glace à la vanille par exemple. Tout matériau laissant plus ou moins passer la lumière, sous forme granulaire ou liquide, fera l’affaire. 

[/paragraphwidth]

Les enfants sont les meilleurs testeurs auxquels vous puissiez faire appel : si ce n’est pas parfait, ils vous le font savoir tout de suite. Ils ne jouent pas avec votre truc, un point c’est tout. Mais s’ils aiment, alors ils se prêtent vraiment au jeu et c’est la récompense la plus gratifiante qui soit ! À la Maison des Petits du CENTQUATRE, nous avons vu des enfants âgés de moins de 4 ans qui y ont joué durant plus d’une heure. C’est incroyable la manière dont ils se sont appropriés DIRTI.

Lets young children control an audiovisual symphony by playing with a bowl of tapioca.

L'interface leur permet d'avoir une relation très intuitive avec les graphismes et les sons qui sont produits par l'appli iPad. C’est vraiment merveilleux de voir combien ils sont absorbés par les choses qu’ils touchent et qu'ils manipulent, par la matière tout simplement. Pour revenir à notre vision du design d'interaction, chez User Studio nous croyons fermement que les interactions tactiles non-conventionnelles sont des outils pédagogiques sous-estimés. Laissons parler nos mains !

[fullwidth]

Ce projet a été rendu possible grâce au concours du génial chercheur Diemo Schwarz et à l'immense travail de l'équipe IMTR (Interactions Musicales Temps-Réel) de l'Ircam, à l'immense talent du designer sonore Roland Cahen, au non moins talentueux compositeur Éric Broitmann de Motus. Mais aussi grâce aux lasers et aux super professionnels de WeCut, à la magnifique musique de Destronics, aux équipes fantastiques du CENTQUATRE et tout particulièrement Valérie Senghor et Nicole Roux, ou encore à l'aide de Romain Pascal, au soutien indéfectible de Christian Jacquemin et du groupe de recherche Topophonie lui-même soutenu par l'Agence Nationale de la Recherche.